A Anne de Baie Comeau, qui se reconnaîtra







Enfants, le Québec n'était rien d'autre pour nous qu'une étrange comptine qui finissait bien mal et ce Petit bonheur que fredonnait ma mère. Mongénéral avait bien dit qu'il devait être libre, il y avait aussi ce grand oiseau braillard qui racontait que son pays n'était pas un pays, le Québec restait pour nous ce drôle d'accent et cette énigme lointaine...

Et puis un jour, par la magie de notre vieil électrophone, Félix Leclerc ouvrit la brèche. Sa voix chaude à faire fondre tous les hivers fit couler en nous ce pays gigantesque. Avec Sylvio et La Drave, nous passâmes le moulin de Buckingham chevauchant les billots, jetant un coup d'œil au château de Bozo, surprenant le dialogue étrange entre Le Roi et le laboureur...

Le Québec était pays de fées et de royaumes, d'animaux qui parlent et pleurent et surtout de gens, ces "descendants de la Rochelle, présents tout l'temps, surtout l'hiver, comme les arbres...", des "enfants blonds nourris d'azur" (Le tour de l'île), des "vieux marins qui ne voguent plus..." (La Gaspésie).

Même s'il est souvent sarcastique avec ses contemporains, Félix Leclerc est avant tout le poète de la vie et des gens. Ce sont eux que son regard terrien va chercher dans ses Longs Voyages, leurs joies, leurs tourments ou simplement leur présence qui font, qui sont son Québec : "Le bonhomme dans le port, les yeux des demoiselles et le bébé qui dort, c'est à toi, tout cela..." (Tu te lèveras tôt).

Jamais je le crois, "chansonnier" n'aura tant aimé son pays. Jamais n'auront autant été célébrés la vie et son contrepoint redoutable... Drôle, absurde et cruelle, tragique et inéluctable, la mort rôde inlassablement, cette "mort à longues manches, vêtue d'écume blanche, qui lui lance des perles, des morceaux d'arc-en-ciel, pour lui crever les yeux et le briser en deux" (La drave).

Du Lac Brûlé à la Gaspésie, de Ste Adèle à l'Île d'Orléans, je n'ai jamais voyagé là-bas autrement que sur les mots de ce géant noueux, sur ce sentier que son regard franc et lucide avait prolongé jusqu'en terre de France. Le 8 août 1988, j'étais de ces étrangers qui pleuraient sur le chemin et saluaient un roi...

"Pour supporter le difficile et l'inutile (..) pour oublier grande blessure, dessous l'armure", il me reste cette voix et un Québec qui n'existe sans doute pas...




Cette page fait partie d'un Autoportrait, lui-même partie d'un site plus vaste nommé AlphaBestiaire. Si vous êtes entrés directement, merci d'aller les visiter.